Une sortie honorable d’Éric Vuillard,

Une sortie honorable d’Éric Vuillard, Actes Sud, 2022

Rappel historique :

Au lendemain de la guerre de 1939-1945, la France entre dans un nouveau conflit armé « La guerre d’Indochine ». Cette guerre dura de 1946 à 1954 en Indochine française (actuellement le Vietnam, le Laos et le Cambodge). Ce territoire était devenu colonie française en 1887 mais la colonisation avait commencé dès 1858 (invasion de la Cochinchine) sous le Second Empire et continué par les divers gouvernements de la IIIe République. Dans l’entre-deux-guerres les mouvements indépendantistes prirent de plus en plus d’importance. Après 1945, ce conflit s’inscrivit dans le contexte de décolonisation et de guerre froide. Il opposa l’armée française aux Viêt Minh, organisation politique indépendantiste et paramilitaire créée par le Parti communiste vietnamien.

Paradoxe total, Hô Chi Minh (homme d’état vietnamien) fait une déclaration d’indépendance du Vietnam en 1945 en référence à… La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen française de 1789.

C’est sous la IV e République que se déroule la guerre d’Indochine et les événements du livre d’Éric Vuillard Une sortie honorable. On y retrouve les protagonistes connus, Hô Chi Minh côté Viêt Minh et du côté des Français les membres des gouvernements de la IVe République (Edouard Herriot…), les militaires (De Lattre de Tassigny, Navarre…) mais aussi des écrivains (Charles Maurras…) tous plus ou moins connus.

Il est difficile de sortir d’une situation perdue. Il ne reste alors comme solution qu’« espérer lui trouver une sortie honorable. ». Éric Vuillard nous replonge dans l’ambiance de ces années de décolonisation où ceux qui prennent des décisions ne veulent/peuvent pas voir la réalité du terrain obnubilés par leur idéologie (le colonialisme) mais surtout prisonniers d’intérêts supérieurs (les banques d’affaires, les grands trusts miniers ou industriels…).

Quand on connaît un peu cette histoire, la lecture de ce récit n’en est que plus déprimant, pathétique quelquefois quand certains militaires comprennent ce qu’il va se passer et qu’ils sont impuissants à changer le cours des évènements. C’est toutes les années de la décolonisation qui défilent devant nos yeux.

Éric Vuillard fait quelques disgressions en Afrique mais toujours par rapport à la décolonisation. Dans la phrase que je vais vous lire il est question de Patrice Lumumba, premier Premier ministre de la République démocratique du Congo et l’une des principales figures de l’indépendante du Congo belge. Il a été assassiné en janvier 1961.

Dans cette phrase, l’auteur redonne tout son sens à un signe de ponctuation souvent décrié par les écrivains, le point-virgule.

Laurent D.

Laisser un commentaire