M, l’enfant du siècle

M, l’enfant du siècle de Antonio Scurati, Les Arènes, 2020.

le 23 mars 1919, le groupuscule Faisceaux de combats est constitué à Milan, par Mussolini, s’est la

naissance du fascisme.

Ce livre, nous raconte comment cet homme, d’une ambition vorace et brutale, avec comme arme, son

incontestable intelligence, et ses capacités à manipuler les personnes, en les trahissent après les

avoir utilisé, a réussi imposé le fascisme en Italie

Cet enfant de la région de Romagne, fils de forgeron, est à l’origine instituteur, et socialiste, mais

aussi, non interventionniste, il est donc contre l’entré en guerre de l’Italie dans la première guerre

mondiale.

Devenu directeur de l’Avanti, le journal du parti socialiste, il est viré après avoir opté pour

l’interventionnisme et l’entré en guerre de l’Italie . C’est la première trahison .

Profitant des largesse de sa maîtresse en titre, Marguerite Sarfati, riche femme issu de la noblesse

Milanaise, il fonde son journal, il popolo d’italia, qui deviendra l’organe du parti fasciste, à partir de

là, il détournera toutes les situations en sa faveur, profitant de la division du parti socialiste,

majoritaire dans le pays, de la faiblesse du roi, et des ses multiples trahisons, à commencer par le

grand poète G D’annunzio, qu’il a manipulé et trahi à plusieurs reprises,en passant par les

assassinats, de ses adversaires (en particulier du député Giacomo Matteotti, un des seuls, à dénoncer

la brutalité du fascisme) et finissent par les femmes, les trahissent les une après les autres, et le

traitant comme des objets, juste bonnes à satisfaire son désir bestial.

L’auteur nous amène à comprendre que, avec un gouvernement capable de gouverner , un roi

moins faible, qui aurait empêché ses faisceaux de combat de semer la terreur dans les villes et les

campagnes, le fascisme, serait resté ce qui était à l’origine : un obscure groupuscule insignifiant

Vincent N

Laisser un commentaire