En avant, route

Alix de SAINT-ANDRE
En avant Route
Confinée en haut de mon tupet ou j’ai une chance inouïe de me trouver j’en profite pour redécouvrir ma bibliothèque… quelle veine ! (pour Anne notamment.. il lui appartient.) j’ai retrouvé un livre… Superbe livre !
Tu voyages tu marches au rythme des pèlerins et quels pèlerins !!! je vous écris un premier passage qui m’a renvoyé un petit quechoz…
Bonne lecture et bonne petite marche à vous tous.
Geneu

« Cricri connaissait très bien le chemin de Compostelle ; elle avait fait beaucoup de reportages dessus. Moi je ne connaissais même pas l’itinéraire. Je fumais trois paquets de cigarettes par jour depuis 25 ans, et, selon l’expression de Florence, j’entrais dans les restaurants avec ma voiture .
Après la douche me voilà donc pieds nus…. Ça pique les graviers ! Mes pieds sont gonflés comme des gros fruits terminés par cinq petites cerises. Une chose est certaine : aucun d’entre nous, en ce moment, ne pourrait être ailleurs, même si personne ne sait vraiment au fond pourquoi il est ici… ce qu’il y fait, si, on marche. Seuls pour la plupart et les autres, ceux qui devaient nous accompagner ?
Raquel résume, définitive : tes amis te disent qu’ils viendront avec toi, mais l’été ils ont trop chaud, l’hiver ils ont trop froid, en automne il pleut, et au printemps, ils ont peur des allergies… » Extrait du livre : en avant Route.

Laisser un commentaire