Comme un empire dans un empire

Comme un empire, dans un empire d’Alice Zeniter, Flamarion, 2020

C’est l’histoire de deux personnes Antoine, attaché parlementaire d’un député et L. (c’est sa seule identité) hackeuse. Les hackeurs, constamment branchés sur leur ordinateur, essaient de s’infiltrer dans ceux de grandes entreprises ou de grands personnages et de les pirater. Plus modestement L. répare les ordinateurs bloqués en lisant les lignes de codes et en y repérant les virus ou anomalies qui s’y trouvent. Elle aide aussi des femmes qui pensent qu’elles sont espionnées par leur conjoint. 

Ce roman se passe en 2019. Les deux personnages vivent dans un monde clos même si c’est de façon différente. Ces deux mondes que tout oppose, en apparence, ne devraient pas se rencontrer. Sauf qu’Antoine ne se sent pas très bien dans ce système politique. Il vient de Bretagne, a profité de l’ascenseur social mais a des rêves d’une autre société. Il voudrait être écrivain et tente de commencer un livre sur la guerre d’Espagne qui parlerait de Capra et  Taro.

La description de ces deux mondes est assez prenante, assez juste à mes yeux. On y retrouve les Gilets jaunes, la déconfiture électorale des partis traditionnels… ainsi que toutes les affaires d’espionnage numérique, WikiLeaks, Assange, Snowden…

Bien sûr, Antoine et L. vont se rencontrer, mais pas trop, et à partir de là, j’ai trouvé que le roman perdait de sa puissance. Antoine et L. partent dans des impasses. Antoine n’arrive pas à écrire son livre. Après l’arrestation de son ami hackeur, L.  pense qu’elle est surveillée et on ne sait pas (ou je n’ai pas su voir) ce que deviennent leurs différentes tentatives. Rien ne semble progresser dans l’intrigue. La fin, autour d’un feu de bois, reste pour moi une énigme.

Autant j’ai aimé la vision et la description du monde actuel, les partis politiques traditionnels sont-ils obsolètes ? les gilets jaunes posent-ils les bonnes questions, sont-ils l’avenir de la politique ? autant je me suis perdu dans la suite du roman. Ou alors est-ce qu’aujourd’hui, on ne voit aucune issue ? toutes nos tentatives de changer le monde actuel vouées à l’échec ? Ce serait alors un roman résolument pessimiste, image d’un monde où nous ne pouvons qu’errer, accrochés à des rêves que nous ne pouvons même plus… rêver.

Vous trouverez le résumé du livre sur Wikipédia ou et d’autres avis sur le site : www.babelio.com/       

Laurent D

Laisser un commentaire