Mon chien stupide (John Fante)

Biographie  : Romancier né à Denver Colorado le 08/04/1909 ; mort(e) à : Los Angeles, Californie , le 08/05/1983.
Il est fils d’un immigré italien violent, qui abandonnera sa famille au moment de la crise de 1929.À 20 ans, il se rend à Los Angeles où il exerce de nombreux petits boulots pour survivre,
Il commence à écrire des nouvelles. Jugé trop provocant, son premier roman « La route de Los Angeles » ne sera pas publié de son vivant.

Il épouse en  1937 une étudiante fortunée, éditrice et écrivain, ce qui va lui permettre de s’adonner au golf et au jeu.
En  1938  paraît son roman devenu célèbre : « Bandini ».

Puis Fante mène une carrière de scénariste à Hollywood

.Entre  1978  et 1982, il devient aveugle et cul-de-jatte par des complications de son diabète et dictera son dernier roman, « Rêves de Bunker Hill » à sa femme Joyce.
Ses romans sont largement autobiographiques et son personnage principal, Bandini, est à son image, écrivain, joueur, menteur, féru d’art et de philosophie.
« Mon chien Stupide » publié à titre posthume en 1985, a été adapté au cinéma en 2019,par Yvan Attal.
John Fante eut quatre enfants, dont l’écrivain Dan Fante (1944-2015).
John Fante est  considéré comme un écrivain de premier ordre, précurseur de la Beat génération.

Résumé : Le personnage principal fils d’immigrés italiens, rêve de tout abandonner pour un retour à ses racines, fantasmant sur une vie paisible aux terrasses des cafés de Rome.
Père de quatre enfants adultes qui le désespèrent par l’ingratitude de leur comportement, et l’impression que son couple se détériore. L’écriture même lui semble se tarir …

 lorsqu’un gigantesque chien décide de s’installer dans la maison, pour le plus grand bonheur de l’auteur raté mais au grand dam du reste de sa tribu.

Les tumultes des relations familiales oscillent autour de ce chien qui exacerbent les personnalités et leur moi profond. Traités avec humour les évènements et les portraits     deviennent plus légers.

A lire aussi « Bandini » toujours très autobiographique mais plus sombre…

Laisser un commentaire